Édito

Il est toujours intéressant de revenir aux sources pour se projeter dans l’avenir. Notre association a été créée le 6 décembre 2016, faisant suite à la promulgation de la loi n° 2016-231 du 29 février 2016 d’expérimentation territoriale visant à résorber le chômage de longue durée, et au « manifeste du comité de vigilance citoyen » publié le 30 mars 2016.

Les acteurs réunis dans le comité de vigilance déclaraient : « Tous ensemble, ils resteront vigilants et soutiendront par tous les moyens qui seront nécessaires, le bon déroulement de cette première expérimentation pour qu’elle soit un succès, en particulier pour toucher et rejoindre les plus exclus et leur permettre de participer et pour préparer la prochaine loi d’expérimentation qui ouvrira l’action « Territoires zéro chômeur de longue durée » à un grand nombre de territoires volontaires ».

L’objet de notre association est clairement défini dans nos statuts et s’inspire pleinement du manifeste du comité de vigilance citoyen : « L’association a pour but de promouvoir le droit au travail pour tous dans le cadre d’un projet de territoire en visant l’adéquation entre ceux qui demandent un emploi et les besoins sociaux, économiques et environnementaux du territoire. C’est son premier but, bien plus large que l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée ».

L’association a également pour objet de :

  • Rendre possible l’extension à chaque territoire volontaire la démarche de « Territoires zéro chômeur de longue durée », dont les principaux éléments sont les suivants :

– principe d’un « droit à l’emploi pour tous », y compris pour les plus exclus, sur la base du volontariat (embauches en CDI à temps choisi de tous les futurs salariés volontaires, personnes durablement privées d’emploi, sur des emplois adaptés à leurs savoir-faire, dans des « entreprises à but d’emplois » calibrées en fonction des besoins d’emplois du territoire),

– une démarche territoriale, sur un territoire suffisamment petit pour que tous les acteurs y résidant et y travaillant puissent se rencontrer et se connaître, s’engager collectivement et unanimement dans ce but de mettre en œuvre ensemble ce « droit à l’emploi »,

– la création d’emplois non-concurrentiels avec les acteurs économiques existants pour répondre à des besoins d’emplois peu solvables du territoire, permettant notamment d’accélérer la transition énergétique nécessitée par l’état de notre planète,

– le co-financement de ces emplois par la réorientation des coûts actuels de la privation d’emploi, voire également les coûts futurs si l’on raisonne non plus en coûts annuels mais en termes de retour sur investissement social.

  • Soutenir et promouvoir les acteurs et les territoires qui sont habilités à expérimenter le principe d’un « Territoire zéro chômeur de longue durée » conformément à loi du 29 février 2016 d’expérimentation territoriale visant à résorber le chômage de longue durée.
  • Promouvoir la préparation d’un texte de loi visant à permettre une expérimentation territoriale de la démarche « Territoires zéro chômeur de longue durée » sur un nombre de territoires plus important que dans la loi citée précédemment.

Nous nous battons pour qu’une deuxième loi puisse être votée dès 2019, comme nous l’avons décidé ensemble lors de notre dernière assemblée générale. C’est la position portée par notre association. Notre rôle est clair : soutenir les 10 territoires expérimentaux, préparer les prochains territoires, convaincre les pouvoirs publics, assurer notre rôle de vigilance, garantir que l’esprit du projet est bien respecté.

Laurent Grandguillaume
Président de l’association « Territoires zéro chômeur de longue durée »

PARTAGER CET ARTICLE SUR :